Adopter l'éco-attitude

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Petits gestes, grandes économies

Faire peu, mais faire bien, pour faire bio. Tout le monde peut agir, à sa mesure, avec ses moyens. Voici quelques (modestes) pistes pour vous inspirer...

 

Les petits gestes

Vous aimeriez adopter l'éco-attitude". Mais faute de budget, de temps, vous vous sentez "hors course" pour la protection de l'environnement ... Cet idéal n'est pas pour vous ? Trop cher ? Trop utopiste ?
Détrompez-vous : l'éco-attitude, ça commence par de petits gestes faciles, les "gestes de Premier secours" pour la planète. Et avec un profit immédiat... pour votre budget !

Grandes économies

Toutes vos activités au quotidien sont concernées. Et de vous dépend la trace que vous laissez... On pense d'abord aux gestes "écolo-économiques" à faire chez soi, mais c'est aussi au travail que vous pouvez agir...

Diminuez votre empreinte écologique... et vos factures !

Empreinte écologique

Toutes comme vos pas laissent une trace sur le sable d'une plage, vos habitudes laissent une empreinte dans l'environnement : déchets, polluants, consommations de carburants, etc... C'est tout ce qui reste après vous et  les utilisations que vous faites de vos espaces de vie, de ce que vous avez acheté etc. Plus votre comportement sera abusif, excessif, négligeant, plus votre empreinte écologique sera profonde et difficile à absorber par votre environnement.

éco-attitude à la cuisine.

Appareils électro-ménagers énergivores

{mosimage}Rappelons qu'il existe aujourd'hui un étiquetage permettant de classer les appareils électro-ménagers (frigos, congélateurs, machines-à-laver...) de très énergivore à peu énergivore. Nous devrons nous résoudre à bien sûr consommer de l'électricité : inconcevable aujourd'hui de retourner au lavoir battre le linge à la planche... Même la "Mère Denis" avait abandonné ! Faire le choix d'un appareil classe A, est l'un des premiers gestes de l'éco-attitude. Ceci pour les généralités. Mais plus en détail, vous pouvez encore faire baisser votre facture tout en participant à la protection de l'environnement. Voici quoi faire.

Réfrigérateur, congélateurs

Pour conserver les aliments, ces appareils créent du froid grâce à l’électricité. Pour maintenir la température de réfrigération ou de congélation à son niveau, ils doivent compenser les niveaux de températeure plus chauds. Plus la différence à compenser est importante, ou dure dans le temps, plus l'appareil devra produire du froid : plus il consomme d'électricité.

Éviter :

  • maintenir l'appareil dans une température ambiante élevée, ou proche d'une source de chaleur (four, chauffage, fenêtre plein sud...)
  • laisser la porte ouverte,
  • déposer des aliments ou des plats encore chauds dans l'appareil,
  • laisser le givre s'installer dans le réfrigérateur ou le congélateur. Il diminue leur performance et augmente leur consommation.

À faire :

  • de préférence, placer le congélateur dans un endroit frais, une cave par exemple,
  • surveiller les thermostats de vos appareils de froid (5° pour un frigo et -18° pour un congélateur),
  • vérifiez régulièrement l’état de la porte et surtout des joints. Aucun air ne doit pouvoir pénétrer une fois la porte refermée (entrée de chaleur et source de givre). Un test simple : si votre joint est en bon état correct, vous ne devez pas pouvoir passer une feuille de papier entre la porte et le caisson de l’appareil.

À savoir :

3 millimètres de givre dans un congélateur augmente la consommation de 30 % environ.

Four, plaques de cuisson

Le four est le plus grand énergivore de la cuisine, suivi des tables de cuissons (plaques électriques classiques en tête). Il faut monter ces appareils en température : la consommation est inévitable. Mais plutôt que de "chauffer à vide", autant tirer parti de l'énergie co-latérale produite.

Éviter :

  • faire chauffer des volumes d’eau inutiles,
  • mettre des aliments congelés à cuire, ce qui ajoute du temps de décongélation à celui de la cuisson.

À faire :

  • profiter de la mise en température du four pour décongeler des aliments ou les maintenir au chaud un moment,
  • "mutualiser" la cuisson du four en préparant plusieurs plats en même temps (des portions pourront être congelées) ,
  • couvrir votre récipient pour porter l’eau à ébullition, l’eau chauffera plus vite,
  • utiliser de l’eau chaude plutôt que de l’eau froide, elle montera en température plus vite,
  • pour les aliments congelés qui le permettent, vous pouvez réduire votre consommation en prévoyant de les sortir la veille afin qu'ils se décongèlent à température ambiante,
  • si vous utilisez une table de cuisson électrique classique ou vitro-céramique, éteignez-la un peu avant la fin de la cuisson. La chaleur résiduelle accumulée achève la cuisson sans consommation inutile, même une fois la plaque éteinte. Même astuce pour le four.
  • laisser la porte du four ouverte après utilisation, pour récupérer sa chaleur dans la cuisine en saison froide ( autant de gagné sur le chauffage d'intérieur).

L'évier, la vaisselle

Laver la vaisselle use de l’eau en plus de l’énergie : attention aux consommations inutiles. Milles gestes à l'évier sont aussi des occasions de gâchis.

Éviter :

  • laisser couler l’eau pour se laver les mains au lieu de fermer le robinet pendant qu'on se frotte les mains,
  • laver des plats en laissant couler de l’eau en continu, au lieu de remplir le fond de l'évier pour n'utiliser qu'une quantité d'eau limitée.

À faire :

  • préférer un lave-vaisselle plutôt que l'évier pour le nettoyage de la vaisselle. Le lave-vaisselle consomme moins d'eau, et donc moins d'électricité pour la chauffer. Privilégier un appareil permettant un mode économique, suffisant pour des vaisselles peu sales et peu grasses.
  • laver le plus gros sur vos légumes dans une bassine d'eau, puis effectuer un rinçage rapide à l'eau courante seulement si nécessaire. Astuce : récupérer l'eau de rinçage des légumes (refroidie) pour l'arrosage des plantes d'appartement ou du jardin...
  • utiliser des détergents écologiques : ils sont aujourd'hui très efficaces. Un détergent "classique" peut vous secourir occasionnellement sur un plat très souillé; mais l'huile de coude ou le trempage resteront toujours une alternative bien moins nocive...

À savoir :

La plupart des lave-vaisselle sont économes en eau (de 10 à 15 litres par tour de vaisselle). Vous économiserez encore sur l'électricité (dont une partie est nécessaire au chauffage de l’eau), en remplissant bien les paniers de lavage et en utilisant les modes de lavage économiques dès que c'est possible.

Éco-attitude au travail

Gâcher de l'énergie au travail

Pas celle du salarié ni du cadre bien sûr ;-)
Non, l'énergie gâchée par l'ampoule de votre bureau restée allumée alors que vous êtes parti en réunion, ou pour déjeuner... La climatisation de la salle de cuisine commune à 20° alors que 26° seraient largement supportables, ou que l'air chaud qui rentre par les fenêtres restées ouvertes fait tourner la climatisation à fond...
Les distraits qui pensent que c'est le patron qui paie - donc "pas grave" - sont invités à porter leur réflexion plus loin : les dépenses d'énergie inutiles, les gaspillages, sont payés par tous, y compris par le salarié. Faisons le compte de Qui paie réellement les gâchis dans l'entreprise, au final...

Gâchis dans l'entreprise

Danger pour le salarié

Tout ce que le patron dépense à perte = moins de bénéfice = moins de perspective de prime de fin d'année = plus de difficulté pour l'entreprise = plus de difficulté à maintenir l'emploi...

A votre bon coeur M'sieurs, dames

Factures et impôts plus lourds, privatisations

Autre angle de vue pour aborder le problème : plus il y a de gâchis en énergie, plus la quantité à produire est importante.... Plus la facture pour la produire, et également recycler ses déchets,  est importante. Cette facture-là, ce n'est pas le patron qui la paie. C'est vous, c'est moi, c'est le pays tout entier. D'où le choix que font certains gouvernements de se décharger de la gestion de l'eau, du gaz, de l'électricité, au profit de sociétés privées qui n'auront pas les mêmes scrupules à faire flamber le prix de l'abonnement et du Kw/h fourni, par exemple... Sans parler des équipements nécessaires, qui eux restent financés par des taxes et des impôts toujours plus lourds et plus nombreux : tout ce que l'état doit engager, c'est la population active et le consommateur final qui le finance... Ne pas gâcher ce qui est payé par d'autres, c'est aussi réduire ses propres taxes...

Informations supplémentaires